Appaloosa FONDATION

L’Appaloosa Fondation est un cheval Appaloosa PP (enregistré auprès de l’APHC) dit « fondation » par croisement pur Appaloosa x Appaloosa sur plusieurs générations. L’APHC retrace la pureté sur les 5 dernières générations seulement (…% FDP) tandis que le FAHR (studbook spécialisé dans la préservation du sang pur Appaloosa) retrace la pureté sur les 8 dernières générations (…% FAHR).


L’histoire de l’Appaloosa :

Nous retraçons les chevaux « tachetés dalmatiens » depuis 25000 ans avant JC grâce aux découvertes et aux recherches faites par des équipes de scientifiques et de préhistoriens : retrouvez les détails sur ce site.

Le laboratoire américain Etalon Dx a analysé des échantillons du cheval « Delta » vieux de 16000-16112 ans dont les résultats confirment l’existence des gènes du complex leopard depuis la Préhistoire !

Les experts ont émis l’hypothèse que ces chevaux pourraient être des ancêtres lointains des chevaux tachetés d’aujourd’hui (dont l’Appaloosa). Les chevaux tachetés apparaissent plus tard dans l’art chinois autour de 500 avant JC et dans l’art persan au XIVe siècle dans toute l’Europe.

L’Appaloosa est un cheval dont les origines remontent exclusivement aux chevaux élevés par la tribu indigène des Nez Percés.

Les Nez Percés vivaient principalement de la pêche. Cependant dès qu’ils ont compris à quel point les chevaux pouvaient leur être utiles, ils ont commencé à se concentrer sur l’élevage de chevaux. Ils ont élevé leurs chevaux colorés de manière à pouvoir supporter des mouvements exigeants sur le terrain montagneux. Les chevaux de moindre qualité étaient castrés ou vendus. Les meilleurs individus étaient spécialement entraînés à des fins de guerre et pour la chasse au bison, qui nécessitait des chevaux rapides, robustes et agiles. Au cours d’une centaine d’années, les pêcheurs sont devenus des éleveurs.

Le nom « Appaloosa » fût donné à ces chevaux vers 1870. A cette époque des cultivateurs de blé s’installèrent près de la rivière Palouse, où vivaient également à cette époque les Nez Percés qui possédaient un grand troupeau de chevaux tachetés. Les agriculteurs ont d’abord appelé ces chevaux « Palouse » puis « chevaux Palousey », ce qui a ensuite donné lieu à la désignation « A Palousey ». En peu de temps cette désignation a été raccourci en « Apalousey » et finalement le terme « Appaloosa » est utilisé.

Le chapitre le plus cruel de l’histoire des Appaloosas a commencé le 15 mai 1877, lorsque le général Oliver Otis Howard a donné l’ordre de transporter le chef Joseph avec sa tribu et tous ses biens dans la réserve de Lapwai dans les 30 jours. Les indigènes ont promis de déménager dans la réserve et comme ils étaient pressés par le temps, ils ont dû traverser la rivière Snake : la rivière mesurait environ 400 mètres de large et à ce moment-là l’eau avec la fonte des glaces flottantes se précipitait dans le canal. Les Nez Percés atteignaient l’autre rive en se laissant remorquer librement par des chevaux qui traversaient le fleuve, attelés à des radeaux en peaux de bison. Cependant le courant était si fort qu’il emportait avec lui de nombreux chevaux. Toutes les personnes ont survécu en traversant la rivière mais 900 Appaloosas se sont noyés. Les Nez Percés ont continué à se déplacer vers la réserve de Lapwai. Pendant le voyage il y a eu plusieurs petites escarmouches entre les indigènes et les colons, aboutissant au meurtre de 4 colons par trois jeunes guerriers à la rivière Salmon. Ce conflit a déclenché une guerre qui a transformé une migration indigène pacifique en une campagne militaire. Le 17 juillet les Nez Percés sont attaqués tôt le matin par le capitaine David Perry mais ses 112 soldats n’ont aucune chance face aux 55 guerriers Nez Percés. Ce fût le début d’une chasse aux indigènes, qui dura plus de 3 mois, durant lesquels les cavaliers parcoururent 1 300 milles. Une autre attaque surprise est venue du général Howard près de Clearwater mais les Nez Percés ont réussi à arrêter l’attaque et ont continué à fuir par Lolo Pass pour quitter les États-Unis et rejoindre Sitting Bull au Canada. Parce que l’armée avait le télégraphe : elle a réussi à tracer la route des indigènes qui avançaient. C’est ainsi que le matin du 29 septembre 1877 il y a eu une deuxième attaque contre les Nez Percés, au cours de laquelle 600 soldats de la cavalerie américaine se sont battus contre 120 guerriers Nez Percés. Celui-ci parvint à repousser l’attaque, mais après un siège d’environ 6 jours, le capitaine Howard rejoignit ses troupes : celles-ci furent contraintes de se rendre le 5 octobre 1877, dans les Bear Paw Mountains du Montana. Alors que les Nez Percés ont été amenés dans la réserve : tous les Appaloosas élevés à la perfection ont été tués ou vendus à Fort Keogh.

Néanmoins, il y avait des personnes qui n’étaient pas indifférents au sort des Appaloosas : Claude Thompson et le Dr. Francis Haines, déterminés à préserver la mémoire de la guerre des Nez Percés et leurs célèbres chevaux, ont collecté toutes les informations possibles sur cette race et sur cette base ils ont créé un standard de race.

En décembre 1938 ils fondent l’Appaloosa Horse Club U.S.A. dans l’état de l’Orégon. Le registre des races est le troisième plus grand au monde.


La génétique des couleurs :

Pour comprendre cette partie de l’article je vous invite à prendre connaissance des grandes bases de la génétique des chevaux. Vous pouvez consulter le site et le groupe Facebook de « Robes & Génétique des chevaux ».

L’Appaloosa peut avoir pour robe de base le noir, le bai et l’alezan. Il est en plus d’être crème, champagne, dun, silver… L’Appaloosa peut être solid (sans aucune tâche) ou tacheté (grâce au complex leopard qui comprend le LP et le PATN – à ce jour il est difficile de vraiment comprendre le fonctionnement de ces gènes d’où son nom « COMPLEX leopard »). Le complex leopard, selon la combinaison de ses gènes (LP avec ou sans PATN), offre plusieurs robes sont possibles : léopard, blanket, spotted blanket, snowflake, few spot, blue roan…

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑